Le développement du système d’indicatifs téléphoniques internationaux est loin d’être aussi simple qu’on peut le penser, en disant comme il le fait par procuration l’histoire du changement global de géopolitiques depuis le début des années 1960.

Une première liste des indicatifs de pays européens a été évoquée en 1960 par l’organisation qui allait devenir l’UIT (Union internationale des télécommunications), l’agence des Nations Unies qui permet de coordonner les télécommunications mondiales. La liste a été publiée en tant que livre rouge et avait proposé environ 50 codes à deux chiffres (probablement utilisés à l’époque par les opérateurs plutôt que par les abonnés), y compris la défunte Yougoslavie (63), l’Arabie (26) et la Tchécoslovaquie (57).

Le livre rouge est devenu bleu en 1964 et a apporté avec lui une proposition de nouveau système. Le monde était divisé en neuf zones, et les pays ont reçu des indicatifs constitués d’un, deux ou trois chiffres, avec le chiffre initial représentant leur zone. La zone mondiale 1 était l’Amérique du Nord, la Zone 2 était l’Afrique, l’Europe a mis en sac à la fois 3 et 4 en raison de la multiplicité des grands pays, et ainsi de suite.

En 1968, le Livre blanc était construit sur le nouveau modèle, avec un large éventail de modifications et ajouts, y compris l’Allemagne de l’Est (37), les États de la Trêve (971) et Zanzibar (252). La Turquie, qui en 1964 avait le code européen 36, est déplacée à la zone 9 (Asie de l’Ouest et du Moyen-Orient) et a adopté son code actuel 90.

1972 était le livre était vert et a fait beaucoup de rangement. Plusieurs pays d’Amérique centrale comme le Salvador et le Honduras ont quitté la Zone 1 de l’Amérique du Nord, et sont devenu partie de la Zone 5 de l’Amérique du Sud. Les Etats de la Trêve fusionné pour devenir les Émirats arabes unis et ont acquis l’indicatif 971, et en Rhodésie (263) est devenue le Zimbabwe. Ceylan (92) a maintenu le même code de pays, mais est devenu le Sri Lanka. Pendant ce temps, le Maroc se trouve étrangement avec trois codes à lui tous seuls (210, 211 et 212).

Les livres des indicatifs téléphoniques dans les années suivantes ont changé à l’orange et au jaune, mais leurs cycles de quatre ans ont finalement été abandonnés lorsque l’UIT pourrait suivre le rythme avec les exigences du nouveau monde de l’informatique personnelle.